Il y a Moi, … et puis mes personnages

Tout ce qui n’est pas mon Être profond, ce sont mes personnages.

Et finalement, on est tous un peu schizo!


Tout ce qui gesticule, tout ce qui s’agite, tout ce qui compte et qui décompte, en ordre chronologique ou anti-chronologique, tout ce qui questionne, tout ce qui demande pourquoi, tout ce qui revendique… Ce sont mes personnages.

L’immobilité c’est mon être profond. La paix intérieure, la certitude, le calme absolu, celui du lac: Parfait miroir du Divin, c’est mon Être profond.


J’ai commencé à identifier mes personnages il y a quelques années avec Franck Lopvet. J’ai commencé à les voir mais cela a été très inconfortable et très désagréable car évidemment j’étais encore identifiée à eux, et le fait de les découvrir ne me faisait vraiment pas plaisir.


Aujourd’hui j’arrive non seulement à les identifier, mais j’arrive à les observer et à les définir pleinement dans toutes leurs attitudes et leur comportement ; et récemment j’ai réussi à en démasquer un en pleine action alors qu’il était en train de me faire passer un très mauvais moment, et cela l’a totalement désamorcé ! C’était génial !

Je commence à leur donner des petits noms :

-il y a Robert, le contrôlant! Il a tendance à croire et à se faire croire qu’il y a danger de mort si ce n’est pas moi qui fait le ménage ( genre…!!!), ou si ce n’est pas moi qui conduit, …


-il y en a beaucoup, mais surtout, il y a Fredo !

Robert et lui sont super potes, et sont très actifs!!

Fredo, je m’identifiais à lui encore très récemment (genre hier soir !)… et je ne serais pas surprise si bon nombre d’entre vous avaient aussi un Fredo! Il m’a fallu trois nuits d’insomnie à la suite pour réussir à le voir!

Je me doutais bien pourtant que cette dimension de moi était revêtue par un personnage, mais je n’arrivais pas à percevoir son contour précis.


Fredo, c’est la peur… la peur du manque !

Fredo est persuadé qu’il y a urgence, et qu’il ne peut compter que sur lui-même ! Fredo se dit qu’il faut bien quand même anticiper, prévoir, organiser, comptabiliser… pour s’apercevoir bien entendu qu’il n’y aura pas assez…

Fredo m’a longtemps empêchée de vivre, et en croyant me protéger (ils croient tous nous protéger !) m’a en réalité branchée depuis toujours sur les mémoires transgénérationnelles et archaïques !

On est nombreux à avoir un Fredo, car il descend directement de nos grands parents et arrière grands-parents qui ont réellement vécu le manque et le rationnement !


Fredo adore se victimiser : il est persuadé que son choix de Chemin spirituel n’est pas compatible avec ses besoins matériels voire matérialistes ! Il trouve indéniablement un bénéfice secondaire à continuer de repousser l’abondance et à s’empêcher de Vivre !


Fredo n’est pas méchant, mais tant qu’on ne le voit pas agir et réagir, c’est lui qui a le dessus sur nous.


Comme avec tous les personnages, il n’y a pas de nécessité à changer Fredo, car il fait partie de nous. La réalité c’est qu’une fois qu’on a reconnu notre Fredo (ou les autres) on peut le voir faire, … et lorsqu’on le voit faire, il perd sa puissance.


Lorsqu’on voit ses personnages, on crée plus d’espace pour notre Être: et notre Être c’est l’intuition, voire la clairvoyance, la paix intérieure, la reliance au Divin, … le calme profond.



J’ai mis en place pour moi-même une sorte de jeu pour réussir à démasquer mes personnages : je dresse leur portrait dans les moindres détails (autant que possible). Cela peut-être par écrit ou en présence d’une autre personne (Robert a été démasqué en direct live avec mon mari). C’est une façon très efficace de les «dissoudre ».


Je vous recommande vivement d’aller voir le dernier Disney «Alerte Rouge » : comme très souvent, Disney a un véritable talent pour traiter de sujets lisibles sur différents niveaux… et on y parle de Robert, Fredo, et tous leurs amis!


19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Lorsqu'on choisit d'emprunter un chemin conscient et spirituel, la SIMPLICITÉ, celle de l'enfant qui ne se pose pas de questions, a toute sa place. . Bien souvent, Nous nous prenons trop au sérieux da